A l’écoute de la Parole

Dimanche 27 juin – 13ème Semaine du Temps Ordinaire Mc 5, 21-43

« Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Je me mets à la place de la jeune fille. Les mots de Jésus me sont adressés. Est-ce que je peux les entendre et accueillir ? Me mettre debout signifie devenir un être accomplit, devenir un vis-à-vie pour Dieu. « La gloire de Dieu est l’homme debout » (St. Irénée)

Dimanche 4 juillet – 14e Semaine du Temps Ordinaire Mc 6 1-16

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays ». Jésus arrivait chez lui à Nazareth. Les gens croyaient le connaître, de là la question :  « D’où cela lui vient-il ? » Jésus s’étonne de leur manque de foi. Accrochés à leurs habitudes, à la routine du quotidien, leurs cœurs étaient fermés à ce que Jésus leur donnait à voir et à entendre. Et moi ? Suis-je prêt(e) à m’ouvrir à la nouveauté du message du Christ ?

Dimanche 11 juillet – 15e Semaine du Temps Ordinaire Mc 67-13

 « Il commença à les envoyer » Jésus envoya les disciples deux par deux pour proclamer qu’il fallait se convertir. Il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route. Qu’est-ce que je dois laisser pour être disciple envoyé en mission ?

Dimanche 18 juillet – 16e Semaine du Temps Ordinaire Mc 6, 30-34

« Ils étaient comme des brebis sans berger » Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer. (Ps 22)

Dimanche 25 juillet – 17e Semaine du Temps Ordinaire Jn 6, 1-15

« Il distribua les pains aux convives autant qu’ils en voulaient » . En voyant la grande foule qui vient à lui, Jésus demande à Philippe : « Où achèterons- nous des pains pour qu’ils aient de quoi manger ? » Cette question est également posée à nous, à moi.- Comment est-ce que je reçois cette question ? De quel pain s’agit-il dans nos réalités d’aujourd’hui ? … Quelle proposition prend forme dans mon for intérieur? Je contemple Jésus qui agit. Pourquoi peut-il agir de la sorte ? Qu’est-ce qu’il me révèle de lui-même à travers ce texte ?

Dimanche 1er août – 18e Semaine du Temps Ordinaire – Jn 6, 24-35

Pourquoi cherchons-nous Jésus ? Est-ce uniquement pour nous secourir, nous aider en cas de difficultés et épreuves sur terre, ou encore pour subvenir à nos besoins quotidiens ? Pourtant, Dieu veut que nous Le cherchions aussi et davantage parce qu’Il est notre Dieu et en tant que tel, pourvoit à la vie éternelle déjà ici sur terre.

Dimanche 8 août – 19e Semaine du Temps Ordinaire – Jn 6,41-51

Qui est jésus pour nous ? Est-ce seulement le fils de Marie et de Joseph ? Mais Jésus se présente à nous comme «  le pain descendu du ciel », c’est-à-dire, la parole même de Dieu, qui s’est faite chair. Avons-nous suffisamment de foi pour dépasser le niveau du pain matériel, celui de nos besoins quotidiens sur terre pour nous élever au niveau du pain céleste, celui de la Parole de Dieu ?

Dimanche 15 août – Assomption de la Vierge Marie – Luc 1,39-56

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui ont été dites de la part du Seigneur. Pour Jésus aussi, Marie n’était pas que sa mère biologique mais davantage spirituelle. Il la considérait comme celle qui écoutait et gardait la parole de Dieu. Heureux plutôt ceux qui écoutent et qui gardent la parole de Dieu. (Luc 11, 28) Qui est ma mère et qui sont mes frères. Ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu (Luc 8, 21).

Dimanche 22 août – 21e Semaine du Temps Ordinaire Jn 6, 60-69

Les paroles de Jésus sont dures et rudes. On ne peut pas Les – Jésus et ses paroles – suivre. C’est tout naturel que la Parole de Dieu nous apparaisse rude, dure et quasiment impossible à pratiquer si nous ne comptons que sur nos capacités humaines. Elle requiert la foi pour être d’abord comprise et enfin assumée. 

Dimanche 29 août : 22e Semaine du Temps Ordinaire

Mc 7,1-8-15,21-23

Le christianisme est une religion de cœur, donc de l’intériorité. C’est dans le fin fond de notre cœur que se trouve Dieu et c’est là qu’Il veut nous joindre. C’est dans la foi, la sincérité qu’on parvient à remonter ou redescendre jusque-là. Ne soyons pas légalistes, ni hypocrites encore moins formalistes mais vrais et profonds.