Petits et grands services pour une communauté plus fraternelle

Les sacristains

Pixabay

En dehors de leur service visible au cours de la messe, les sacristains sont attentifs à tout un tas de détails avant et après chaque célébration (il n’y a pas que les célébrations dominicales !). Vous trouvez notamment l’église ouverte grâce à leur service. Ils vont aussi remettre en ordre l’église pour que celle-ci reste accueillante au fil des semaines. En automne et en hiver, les coups de balai sont doublés ! N’hésitez pas à leur proposer votre aide de temps en temps pour les soulager.

Contact : Claude Platteeuw (pour Notre-Dame) 0477 17 01 25, Jean Patte (pour Saint-Rémy) 0478 97 56 18

Lire la suite

Ensemble, construisons une communauté plus fraternelle !

C’est le thème de l’année pastorale pour notre communauté. Dès l’accueil en célébration de rentrée ce 11 septembre 2022, le ton est donné par Myriam de Walque, de l’équipe liturgique !

« Bienvenue à  tous à cette belle célébration de rentrée paroissiale 2022 – 2023. 

Tout d’abord accueillons-nous les uns et les autres , chrétiens de St Rémy et de Notre-Dame et saluons nos voisins par un petit signe de tête en signe d’accueil réciproque.

Vous pouvez vous tourner vers les uns et les autres maintenant …. Merci.

C’est le Christ lui-même qui nous convoque ce dimanche et c’est en son Nom que nous sommes rassemblés et accueillis  par Lui. Remercions-le pour notre présence à tous ici ce matin.

Que l’Esprit-Saint nous guide dans nos paroisses vers une étroite collaboration pour une église ouverte sur le monde !

Que l’Assemblée paroissiale de ce matin puisse nous permettre de mettre en place une participation active à cette ouverture de l’église à nos voisins, nos communautés et sur le monde.

Pour ceux qui viennent d’arriver et ceux qui souhaitent encore soumettre leurs idées et qui n’ont pas eu l’occasion de le faire , une boîte sera placée au fond de chacune des deux églises pour y glisser leurs propositions etc.

Et si vous voulez participer activement aux suggestions que vous faites, n’hésitez pas à donner vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter.

Une équipe fera le dépouillement des réponses aux questions posées ce matin, lors d’une prochaine réunion.

Nous tâcherons de répondre au mieux à vos demandes.

Cette célébration est aussi l’occasion toute spéciale de prier pour Barnabé notre curé qui a fêté ces jours-ci les 30 ans de son ordination.

Maintenant chantons ! »

Barnabé, 30 ans d’ordination

Cher Barnabé, 

Nous sommes ici pour célébrer 30 ans d’ordination ! Trente ans au service de Dieu et des communautés chez qui tu es envoyé.

En cherchant un peu, j’ai presque trouvé un totem pour toi « Bouvier des Flandres ». Le lexique nous dit que cet animal est un bon gardien, avec un dressage facile (à voir …). Il a le sens des responsabilités, apprend vite, a une bonne adaptation, très vigilant, un travailleur sans relâche. Il est loyal, protecteur par nature.  Il semble apprécier et vivre dans des situations complexes … C’est tout toi ! 

Soyons plus sérieux. 

Tu as commencé en Belgique comme aumônier du centre hospitalier de Nivelles de 2005 à 2013.

Lire la suite

Assomption 2022

C’est la fête de l’Assomption, ce lundi. 15 Août, Il est 10h30.  L’ambiance dans l’église Notre-Dame est détendue. Chacun se prépare à l’office qui sera célébré par notre curé Barnabé, pour nos deux paroisses. Comme à l’habitude, je suis à gauche, pas loin du chœur. Il fait chaud, orageux même. 

Près du pilier de cette église Millénaire, j’observe depuis mon arrivée, le chœur et la peinture ancienne qui entourent le tabernacle, la statue du Sacré-Cœur et la statue de la Vierge sous des cornes d’abondance stylisées.

Le chœur sous la nouvelle peinture, grâce au soleil à un éclat particulier, joyeux.

Une tache lumineuse, en bas, à hauteur du tabernacle, sur le bout de tableau, attire mon attention. Y-a-t-il un élément spécial à découvrir derrière cette tache éclairée. Cela m’intrigue ? 

L’ambiance est festive, notre chef de chœur est en forme, il anime la messe avec sa guitare.

La prière s’approfondit, l’assemblée participe. 

Le lecteur de l’épitre qui a perdu son épouse l’année dernière, a été choisi pour lire l’épitre. Hasard ou et choix judicieux. Il lit de manière rythmée, vivante. 

C’est à présent l’homélie, je suis particulièrement attentif. Notre curé fait allusion au peket versé à la fête du 15 Août, en Outre-Meuse, à Liège. 

Il n’y a pas que des fêtes profanes comme là, nous sommes ici en fête non par le péket que l’on verse dans les verres mais par la piété, la cohésion, la présence de l’assemblée nombreuse et priante. Notre projet à nous, c’est l’ouverture du cœur, par les chants, par nos prières.

Je suis particulièrement attentif à ce que dit Barnabé, deux points attirent mon attention.

Dans cette église dédicacée à la Vierge, depuis des siècles les fidèles la prient, l’honorent par leur présence, leur foi. Il nous parle aussi du dogme de l’Assomption intégré dans la Foi, dans les années 50 par le Pape Pie XII.

Mon attention s’échappe, retourne à la tache lumineuse sur la toile.

Mais au fond cette toile qui a été placée là, n’a rien à voir avec les années 50 !

Depuis plus de 250 ans, elle est là, peu connue, oubliée, ignorée.

Elle me revient en cette fête de l’Assomption brillamment, via cette tache.

C’est le tableau attribué au peintre G.P. Mensaert, exécuté en 1750, représentant l’Assomption de la vierge.  Il est placé sur le maître-autel en arrière-plan, peu visible.

La partie basse et centrale du tableau, et où précédemment, figurait le tombeau de la vierge, est occupée par la statue du Sacré-Cœur dans le trône du Saint-Sacrement. (°)

Ne faudrait-il pas pour l’enseignement de la foi, repartir sans doute de l’évangile, des épîtres mais aussi de l’histoire de l’église qui par sa décoration et son symbolisme met en valeur, exprime l’enseignement traditionnel.

L’assemblée poursuit sa dévotion accompagnée par les chants.

Les intentions sont particulièrement inspirées et profondes.  

Dans le déroulement de cette messe, ce n’est pas la sonorisation qui écrase les fidèles, ce sont les fidèles qui expriment leur présence par les chants. La nef résonne de leurs chants.

Vraiment cette célébration du 15 août est festive, chaleureuse, nous avons même eu droit à un chant en latin, a capella, d’une voix ferme et entrainante, par notre doyen d’âge, le père Luc, notre centenaire.

Que souhaiter de plus, aucun peket n’est nécessaire pour chanter et vivre dans la joie pendant ce recueillement, ces chants communautaires bien choisis et bien connus.

Merci à Pierre pour ce choix. Merci à Barnabé pour cette homélie, et à tous pour votre présence.

Bonne fête de l’Assomption.

André Boxus

(°) page 24 L’église Notre-Dame de Mousty-Abbé V. Chambille-Tiré-a-part Wavrensia.

Messe de clôture de l’année pastorale

L’année pastorale 2021-2022 s’est clôturée ce dimanche 26 juin. Elle s’était ouverte avec la proposition « OSONS » comme fil conducteur.

Comment avons-nous vécu cela ?

Nous nous sommes levés pour

  • Oser rendre service à la communauté de diverses manières
  • Oser chanter pour la gloire de Dieu et rendre nos célébrations plus vivantes
  • Oser nous lever tôt pour la messe Rorate
  • Oser à la rencontre des familles en difficulté
  • Oser pousser la porte d’une personne isolée, malade
  • Oser accompagner une famille inconnue endeuillée
  • Oser vivre une journée de retraite paroissiale sur le thème de l’écoute
  • Oser témoigner de sa foi devant les jeunes
  • Oser prendre part aux consultations pour une Eglise plus synodale
  • Oser partager la Parole de Jésus entre adultes ou avec les enfants

Avec tous les autres « osons », rendons grâce au Seigneur pour cette année !

Merci aux sacristains et sacristines !

Pour les mille et un petits gestes qui permettent un déroulement harmonieux des célébrations,

Pour leur disponibilité et leur accueil,

Pour leur présence et leur service depuis de nombreuses années,

MERCI !

En leur honneur, un petit-déjeuner a été organisé à la cure ce samedi 11 juin. Le plus difficile pour eux ? Se laisser servir !

L’EAP, l’Equipe d’Animation Paroissiale

Regards sur un tableau à l’église Notre-Dame

Le dimanche qui suit la fête de l’Ascension cette année, est particulier ; les paroissiens sont réunis à la messe de 10h30 pour la réouverture de l’église Notre-Dame à Mousty. Celle-ci a été fermée de nombreuses semaines pour que les peintres puissent rénover l’ancienne peinture.

Une messe festive soutenue musicalement par nos chorales est présidée par le délégué de l’évêque. Dans l’excellent feuillet support fourni par la paroisse, je suis la première lecture, extraite du livre des actes des apôtres (Ac 7, 55-60). C’est le martyre de Saint Etienne.

Dans son homélie, le chanoine Éric Mattheeuws parle de la place du bâtiment dans nos rites, notre quotidien. Pour soutenir notre foi, nos sens sont aussi sollicités, l’audition par la musique, les chants, le calme profond d’un moment de prière seul, la vue par la peinture verte neuve qui met en valeur l’espace de la nef, les plafonds, les arcades, la lumière qui traverse les vitraux à fond vert.

photo FE Mousty

Tiens, parallèlement à la première lecture, qu’on vient de lire des actes des apôtres, il y a un tableau de la lapidation de Saint Etienne dans l’église.

Quel est le rapport entre ce texte et le tableau de l’église ?

Anciennement un autel lui était dédié dans cette église mais depuis des générations, il a été démonté lors de travaux. Seul subsiste le tableau qui a été conservé et placé au-dessus de la porte allant au jubé.

Celui-ci a été remis en état pour l’occasion à l’initiative de la fabrique d’église.

Étonnement, l’ancien tableau est revenu de la rénovation avec une surprise. Derrière un nuage incongru, apporté par un peintre iconoclaste et que les rénovateurs ont enlevé, apparaissent 2 personnes, le Christ debout à la droite du Père, selon l’imagerie de l’époque.

photo FE Mousty

En comparant les photos avant et après la rénovation je reviens aux mots qu’Etienne déclara « Voici que je contemple les cieux ouverts et le fils de l’homme debout à la droite de Dieu »

Un sens très fort me touche, je viens de découvrir en cette période de l’Ascension comme une synchronicité, un moment providentiel.

Cette inauguration de l’église par la communauté, dans notre église par le hasard du calendrier, dans les trois jours de l’Ascension et le vrai sens du tableau peint pour exprimer la première lecture de l’épitre.

En me retournant vers le fond de l’église, à ma gauche « La mise au tombeau » et à ma droite, le « tableau de la lapidation de St Etienne », le fondement de notre foi commentée par le livre des Actes des Apôtres.

Ces tableaux sont comme une autre manière de partager, d’enseigner.

Au centre, l’orgue pour musicalement exprimer le centre de notre Foi, la Résurrection et l’Ascension.

N’y a-t-il pas meilleure manière que pour approfondir la parole, d’y ajouter nos sens ?

André Boxus

Synthèse de la consultation synodale

Paroisses Saint-Rémy et Notre-Dame de Mousty

Les publics cibles choisis sont : les paroissiens des 2 entités, leurs enfants ou petits-enfants, les bénéficiaires de St Vincent de Paul et ceux qui poussent la porte de l’église en semaine pour prier. 

La participation à l’exercice de consultation pouvait se faire en répondant à un questionnaire suggérant des pistes d’approche et/ou en partageant ensemble. 6 réponses ont été trouvées dans l’urne déposée au fond de l’église. 17 personnes ont contribué en participant à deux réunions.  Ces personnes étaient toutes très engagées sur le sujet, pas forcément responsables de services devant la communauté. L’écoute a été très grande et on a surtout cherché à se comprendre. Le curé de la paroisse s’est félicité de cette initiative prise par quelques laïcs.

Synodalité

  1. Accessibilité de toutes les contributions et résultats des étapes suivantes

La transparence de l’exercice est importante. Nous espérons des décisions et des changements à court terme. 

  • Marcher ensemble pour faire Eglise fait l’unanimité

La synodalité n’est pourtant pas chose aisée : ni pour les « décideurs » actuels, ni pour les simples chrétiens. En particulier, cet exercice de consultation du peuple de Dieu a illustré cette difficulté. Dans les paroisses,  l’importance d’y participer n’a pas été assez communiquée et les laïcs ont tardé à comprendre qu’ils pouvaient se lancer. 

Les participants souhaitent que les processus de décisions actuels s’ouvrent à cette aspiration de marcher ensemble.

L’Eglise

  • Une Eglise ouverte à tous

Notre vocabulaire chrétien et nos rites ne sont pas toujours bien compris. Ils sont un frein à l’accueil de tous. Ils devraient être adaptés au langage actuel.

Les contributions laissées dans la boîte de l’église montrent que leurs auteurs se sentent abandonnés de Dieu et de l’Eglise parce qu’ils sont différents (« Ils ignorent mes problèmes, tout va mal,… »). En réalité, il s’agit probablement d’appels de détresse qui ne sont pas entendus par l’Eglise.

Les célébrations des sacrements et des rites (baptêmes, confirmations, mariages, funérailles, …) sont des moments propices d’accueil de gens parfois éloignés. Les témoignages croisés de ces personnes avec ceux de leur famille et de la communauté méritent une écoute toute particulière. 

Les jeunes aussi doivent trouver place dans l’Eglise. Une place, au propre et au figuré. Des lieux qui permettent de faire une expérience de Dieu, des lieux de ressourcement, de paix et d’engagement. Les jeunes ont soif de spiritualité, de connaissances mais ils ne disposent pas toujours d’un accueil ou d’un lieu pour se retrouver. On n’est pas toujours à leur écoute mais plutôt à leur donner des cours de « morale ». 

  • Une place pour chacun selon ses charismes

Trop de gens (dans et en dehors de l’Eglise) ne voient que l’institution, les prêtres ou les responsables des services principaux. 

Les manières d’être chrétiens et de participer à la mission sont pourtant diverses (parents investis dans la vie de famille, jeunes, pensionnés, prêtres, personnes consacrées…). Certains ne s’estiment pas à la hauteur de s’engager voire même de simplement participer  mais Dieu a besoin de chacun. En les accueillant, l’image de l’Eglise en serait profondément transformée.

C’est par davantage de relations et de rencontres dans la communauté que les charismes pourront être reconnus. 

Chacun y compris les personnes les plus modestes, les personnes avec handicap ou celles qui sont différentes doit être accueilli et pouvoir participer à la mission. Les charismes sont complémentaires et il n’est pas heureux d’attribuer plus ou moins de mérites (et par là d’ «autorité ») aux uns ou aux autres pour éviter le cléricalisme. L’important est de vivre ensemble au service et en toute humilité.

Acteurs en Eglise

  • Vocation de chaque baptisé: prêtre, prophète et roi

Les célébrations

Elles ne devraient plus paraître comme résultant des seules actions du prêtre. Chacun offre la réalité de sa vie à l’Eucharistie. Les laïcs, notamment les femmes, devraient avoir une place active d’importance équivalente à tous les niveaux. 

  • Le charisme spécifique des femmes devrait être mis en valeur (par exemple pourquoi pas leur confier les prières de l’invocation de l’Esprit durant l’Eucharistie?).  
  • L’homélie n’est pas un moment de morale, ni un discours intellectuel. Adaptée aux personnes présentes (jeunes, enfants, …), elle devrait inviter au recueillement et à l’accueil de l’Esprit pour goûter la Parole. Pourquoi ne pas la confier à des personnes qui ont ce charisme ?

Cette participation de chacun mettrait en valeur le rôle spécifique du prêtre ordonné pendant l’Eucharistie. 

La gestion de la paroisse

Elle pourrait être confiée à un laïc. Le prêtre serait ainsi moins isolé. Son charisme de pasteur pourrait se déployer au profit de la vie spirituelle de tous ceux dont il porte la responsabilité (à ce propos, pourquoi ne pas offrir aux prêtres une vie en communauté avec des laïcs et/ou avec d’autres prêtres?)

Pourquoi ne pas laisser la Communauté valider le bon fonctionnement de la paroisse ?

La formation

Cette participation généralisée nécessite une mise à disposition de formation continue pour tous, laïcs et clergé. Il s’agit de développer entre autres les capacités d’analyse et de partage de la Parole, les capacités d’écoute, le sens du service. 

L’Eglise envoyée dans le monde

  • L’image de l’Eglise dans le monde

Nos actions ne sont pas connues, pas soutenues (visites des malades, lutte contre la pauvreté, aide aux démunis, ….).

Les encycliques, les textes de Vatican II comme d’autres écrits de l’Eglise ne sont pas compris du monde, notamment parce qu’ils ne sont pas expliqués.  Au peuple de Dieu non plus. 

Le monde voit une Eglise qui dicte une morale imbuvable alors qu’Elle manifeste le salut libérateur ; il voit une Eglise conservatrice qui défend les nantis alors que le message social et environnemental est sans équivoque ; il voit une Eglise qui parle aux bien-pensants alors que l’Evangile s’adresse aux pécheurs et met en avant les plus petits …. L’Eglise devrait être un peuple qui entend les détresses et les relève. Les messages de l’Evangile que l’Église, Peuple de Dieu, véhicule devraient être lisibles par le monde.

L’Eglise devrait oser s’impliquer plus souvent dans les problèmes du monde (pauvreté, autres religions, injustices, …) avec le langage du monde.  Elle doit faire preuve d’écoute aimante et de dialogue bienveillant. La manière de vivre les valeurs de l’Evangile doit être le souci de chaque chrétien. La foi sans l’amour du prochain ne sert à rien. 

Oser à Clerlande

Ce choix paroissial d’une journée « Oser écouter » me plaît, j’ai décidé de m’inscrire pour sortir de ce poids qu’est l’hiver qui n’en finit pas, de cette ambiance COVID qui nous a bousculé.

Profiter de cette période du temps de Carême pour élaguer le superflu et retourner à l’essentiel. Et puis, il y a cette communauté à rejoindre pour quitter l’ambiance de supermarché où l’on vient, à l’église, faire ses dévotions, faire sa consommation personnelle vite fait bien fait en laissant tout l’aspect communautaire et relationnel. 

Quitter sa bulle à roulettes qui isole, qui éloigne de ceux qui partagent notre environnement. 

Aller à la rencontre d’autres, animé de la même énergie, celle de la foi, celle de la convivialité, celle qui a sans doute existé profondément autour de Jésus quand il était parmi ses apôtres.

Lire la suite

Le Père Luc a 100 ans le 4 octobre !!

Lorsque l’ancienne maison paroissiale de Mousty a été transformée en résidence pour prêtres âgés, le Père Luc et sa sœur ont occupé l’appartement au-dessus du porche.

AB

Dès les premiers jours, il s’est intégré à la pastorale, célébrant des messes, animant un groupe de partage d’évangile, s’impliquant comme visiteurs de malades en dialyse au sein de l’aumônerie de la Clinique. Après avoir perdu l’usage de sa voiture, vu sa mauvaise vue, il s’y rendait régulièrement à pied.

C’est un personnage hors du commun, animé d’une vitalité extraordinaire, tourné vers les autres, saluant avec empathie tout son entourage.

De lui, je garderai ce rayonnement joyeux, ferme et constant. Je dirais en prise directe sur la transcendance.

Alors qu’en période de l’Avent, quelques rares paroissiens se levaient pour la messe de l’aurore à 6h30, à la crypte, il était un des premiers présents. Jusqu’avant le Covid, il nous chantait d’une voix ferme, en latin et a capella, le « Rorate Caeli desuper », chant grégorien dont le refrain est tiré du Livre d’Isaïe (45,8) : « Cieux, épanchez-vous là-haut, et que les nuages déversent la justice, que la terre s’ouvre et produise le salut » pour nous entrainer d’une voix vibrante à nous ouvrir à celui qu’il a servi toute sa vie, à la prière, à la grâce, au mystère, à l’immanence.

Lire la suite