La crèche : Bienvenue à la maison.

Pixabay

Marie et Joseph sont « en chemin ». Une longue route. Et au bout, un heureux événement.

Encore faut-il un endroit, pour que l’événement puisse avoir lieu.

Où loge-t-on quand on est « en chemin » ? Un hôtel ? Une auberge ? Une chambre d’hôte ? Un gîte ? Mais tout est complet, ce soir-là. Pas de place dans les endroits habituels, classiques, d’hébergement. Tous, ils étaient déjà remplis, avec d’autres personnes, d’autres hôtes, d’autres invités.

Alors, Marie et Joseph trouvent un endroit insolite, inhabituel, sans confort, sans luxe. Mais un toit, un peu de protection, un peu de chaleur, au sec, à l’abri du vent. Et c’est là, que l’heureux événement aura lieu. Dans une étable. Avec une mangeoire comme seul mobilier. Une crèche.

Et si Marie et Joseph étaient en chemin, aujourd’hui, où logeraient-ils ? Un hôtel ? Une auberge ? Une chambre d’hôte ? Un gîte ? Mais tout est fermé, ces jours-ci. C’est pas de leur faute, il faut bien le reconnaître : ils auraient bien voulu ouvrir, ils auraient bien voulu accueillir des visiteurs. Mais … il y a Covid …

Alors, où logeront-ils ? L’heureux événement, où aura-t-il lieu ?

Sans doute toqueront-ils aux portes des maisons, à la recherche d’un endroit où se mettre à l’abri. Un espace paisible, protégé des intempéries, protégé des préjugés, protégé des qu’en dira-t-on, à l’abri des influences extérieurs malsaines…

Sans doute frapperont-ils à l’une de nos maisons, à la recherche d’un peu de protection, d’un peu de sécurité, d’un toit, de quatre murs. Un espace où ils peuvent se retrouver en famille. Un espace où du nouveau peut naître, où la paix peut s’instaurer.

Sans doute ce sera chez toi, chez moi, à la recherche d’un endroit chaleureux. Un espace où il fait bon vivre, où il y a de l’amour, où l’on peut s’épanouir. Un espace où la vie est célébrée, où chacun a sa place, un endroit sans exclusion, sans a priori, sans préjugés.

C’est là qu’ils toqueront. Sans aucun doute.

Dans notre « chez nous », dans notre intimité, dans notre cœur, y a-t-il cet espace bienveillant, cette protection, cette sécurité ? Le nouveau, l’accueil, l’amour, la paix, ont-ils une place au plus profond de nous ? Est-ce que, chez nous, nous disons « non » aux préjugés, aux exclusions, aux a priori ? 

Nous sommes invités, ces jours-ci, à y réfléchir, à faire le point.

Parce que, déjà, Marie et Joseph sont en chemin. Et bientôt, ils chercheront à frapper aux portes des maisons, peut-être toqueront-ils à l’une de nos portes. Peut-être – qui sait – ce sera chez toi, chez moi.

A ce moment-là, plus qu’une seule question demeure, primordiale : leur ouvrirons-nous notre porte, la porte de notre cœur ? Y aura-t-il, au plus profond de nous-mêmes, un petit coin où le bonheur est le bienvenu, où la paix peux naître, où l’amour est roi, où le Prince aura une place ? Avons-nous une petite mangeoire de libre, quelque part, une petite crèche, pour accueillir l’heureux événement ?

Si la réponse à cette question est « oui », alors,
BIENVENUE à la maison, Petit Prince de la Paix …

6 décembre 2020 – 2ème dimanche de l’avent

Elise et Francis

Laisser un commentaire