Les mages

Pixabay

L’évangile de Matthieu ne dit presque rien sur les mages. Qui étaient-ils, d’où venaient-ils, combien étaient-ils ? Ils sont le symbole pour tous les hommes et les femmes qui cherchent Dieu, qui suivent leur étoile, leur lumière intérieure, qui sont capables de reconnaître dans cet enfant pauvre, sans voix, sans éclat, dépendant des hommes, le Roi et Sauveur de la création !

Nous associons traditionnellement les mages à des rois. Or, ce mot « mage » désigne un savant et plus précisément un astrologue. Ils étaient nombreux à Babylone et en Perse. Les mages sont sans doute venus de là. Ils sont donc des païens (ceux qui ne croient pas au Dieu d’Israël) aux yeux des Juifs. Résonne alors le cantique de Syméon qui reconnaît en cet enfant Jésus la lumière pour la révélation aux païens. Trois cadeaux sont indissociables de cette fête de l’Epiphanie: or, myrrhe et encens. Il ne nous viendrait pas à l’idée de les offrir à un nouveau-né et pour cause, ils sont manifestation (épiphanie) de l’identité de cet enfant plus que cadeaux proprement dits.

L’or est détenu par les puissants, les rois. Il manifeste donc que Jésus est digne d’un tel cadeau, qu’il est puissant, qu’il est roi. Or, à aucun moment, Jésus n’a exercé cette puissance, cette royauté telle que nous la concevons. Nos images sont renversées. Nous reconnaissons la royauté de Jésus chaque fois que, comme les mages,  nous nous agenouillons devant la pauvreté. 

L’encens est brûlé au temple et signifie la présence divine. Il est en même temps le parfum qui se lève vers Dieu et le voile qui garde caché l’offrande et permet à l’homme de participer au mystère du Tout-Autre, caché depuis l’origine. L’encens a toujours été associé à la prière et à l’adoration. « … que monte ma prière, en encens devant ta face, … » (Ps 141). L’encens manifeste que Jésus est Dieu. Nos images sont renversées. Dieu est là, dans cet enfant, fragile, confié aux bons soins d’un homme et d’une femme.  Dieu se manifeste chaque fois que nous nous agenouillons devant la fragilité.

La myrrhe est un baume utilisé dans les soins mortuaires. Elle manifeste que le Fils de Dieu va donner sa vie pour sauver tout homme, non pas de la mort mais du péché. Nos images sont renversées. Nous nous efforçons toujours d’être aimables (dignes d’amour) à Dieu. Or Dieu nous aime tellement qu’il donne son Fils pour nous dire son amour, pour faire alliance. Dieu se manifeste chaque fois que nous sommes pour l’autre un reflet de son amour.   

Irmgard et Valérie

Laisser un commentaire