MARIE, MÈRE DE DIEU, MÈRE DE L’ÉGLISE, MÈRE DE CHACUN(E) DE NOUS

En Marie, Dieu achève sa création. Elle est tournée vers cœur de Dieu et répond librement, parfaitement, à la volonté du Père, à la grâce qui lui est offerte. C’est elle la Femme dont le Père rêvait depuis le début de la création. Celle qui peut donner vie au Fils qui unit l’humanité au Père.

Pixabay

Marie est fille de la terre comme tout être humain mais par la grâce elle est le couronnement de la création. Marie est toute entière – corps et âme – offerte, abandonnée à Dieu, et peut être ainsi épousée par Dieu. Dans l’intimité de son être elle peut concevoir le Fils dans sa chair. C’est ainsi qu’elle permet au Verbe d’aller jusqu’au bout de l’Amour et de rétablir l’alliance entre Dieu et l’homme. 

Par son « fiat », Marie porte Jésus, dans son sein et avec lui son sacerdoce qu’elle accompagne silencieusement jusqu’à la croix où elle offre le Fils au Père. Par ce geste elle est intimement, mystiquement, liée au sacerdoce, à l’offrande du Christ.

Marie fait tellement sien cet acte de salut et de sanctification pour les hommes, qu’elle est, en tant que « mère » et en tant que « Femme », à côté de Jésus, l’Époux unique de l’Humanité. Elle est la figure de l’Humanité-Épouse, la figure de l’Église. Elle est la Mère de l’Église, cette Église que l’Esprit Saint fait naître en Marie qui se tient près de son Fils sur la croix. On peut dire d’elle, qu’elle est « le sacerdoce commun en personne », c’est-à-dire le sacerdoce que l’Église entière reçoit du Christ dans l’acte du salut. Être sauvé, veut dire pour l’Église, devenir Église sacerdotale, Église-offrande.

Vivre notre mission baptismale signifie entre autre, accompagner Marie sous la croix, se laisser vider de soi-même pour recevoir l’Esprit qui fait naître et vivre l’Église encore aujourd’hui !

Irmgard

Laisser un commentaire