A la recherche d’une photo de Saint-Joseph

statue en l’église ND Mousty

Lors de la réunion matinale, ma tâche de photographier la statue de St-Joseph à l’église de Mousty, m’avait été rappelée et vu le temps splendide l’après-midi, je m’étais mis en route pour la prendre. Étonnement, sa statue sous les rayons du soleil, splendide de l’après-midi, participait à cette ambiance de printemps. Sa fête était proche, dans une quinzaine au mois de mars, n’était-ce pas un clin d’œil à mon intention.

La photo prise, je poursuivais ma promenade vers St-Remi, pour vérifier la nature du confessionnal de gauche que j’avais attribué symboliquement au côté féminin. Un doute s’était introduit dans ma mémoire, il me fallait le vérifier.

Mon commentaire m’a emporté, je n’étais pas dans la réalité, j’ai mélangé la gauche et la droite pour le plaisir des mots. Une correction de mon texte s’impose. Préoccupé par le bon angle de vue et la photo de la tache lumineuse au pied de la Croix, qui change l’atmosphère du chœur, je m’avance quand une voix de paroissien en prière m’arrête. « Attention à l’alarme !» 

En effet, j’avais perdu de vue le panneau d’annonce et allait quelques secondes plus tard enclencher celle-ci.

Mais ma visite n’est pas perdue, la lumière éclaire le pied du Christ en croix, a un certain moment peut-être l’éclairage va se modifier, être plus important encore. 

Choeur – église Saint-Rémy

Une prière lumineuse dans une dizaine de jours sur l’ensemble de la croix 

Moment particulier à revoir et analyser sous le plein soleil de l’après-midi, dans une semaine.

Et puis cette croix qui me touche tant par la mise en valeur grâce à son éclairage indirect. 

J’en profite pour mettre en boite l’ambiance particulière des vitraux sur la maçonnerie des fenêtres. Invitation à entrer dans la composante colorée de ceux-ci, par-delà le thème qui reste caché. Ouverture vers un autre monde.

Retour à Mousty, pour voir l’évolution de l’éclairage dans la nef droite. Il s’est modifié, parcours du soleil oblige mais une surprise m’attend en sortant.

Un paroissien passant sur la place, me dit

« Tiens, tu passes parfois à l’église. « 

En réponse, je lui dit « Tiens, tu connais la statue de St-Joseph? »

Surpris, il me dit, Non puis après réflexion, c’est celle de l’autre côté de Marie?

Un sourire m’habite, profond. Son prénom est Joseph, comme l’objet de ma démarche, de la motivation qui me conduit depuis ma mise en route.  Synchronicité, coïncidence.

Ma sortie est réussie, joyeuse, je me sens relié par cette succession de moments qui me touchent. Je les ressens comme une ouverture sur un monde parallèle dans lequel je baigne, monde invisible dont les signes, si je suis attentif, me disent, « Tu n’es pas seul, tu appartiens à plus grand que toi. »

Présence de ce voisin qui me renvoie à mon grand-père qui aussi portait ce prénom de Joseph, à sa présence de nombreuses années à la maison. Même tranche d’âge, autre lieux.

Mais quel est le prénom de l’autre paroissien, rencontré une  demi-heure plus tôt à St-Remi. Et s’il s’appelait aussi Joseph ?

André

Laisser un commentaire