Va aujourd’hui travailler à ma vigne !

Homélie de la rentrée paroissiale 27/09/2020

Tous toujours en mission pour une Communauté plus accueillante et solidaire du monde à la suite du christ»

visuel liturgie adaptée 27-9

Lectures

Philippiens 2, 1-5 : Vibrant appel à l’unité, à la communion, au soutien mutuel (selon l’esprit même du Christ Jésus) dans la Vigne du monde où le Seigneur nous envoie, parce que comme on le sait, les conflits et les dissensions ne sont jamais loin.  

       * Psaume 24(25) : R/ Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (21, 28-32) 

Bien-aimés en humanité et dans le Christ Jésus, avez-vous remarqué la coïncidence entre ce que nous fêtons ce dimanche au sein de notre Communauté et le message de cette parabole de l’Evangile ? Une rentrée paroissiale, qu’elle soit fêtée avec faste ou en toute simplicité (pandémie oblige), est avant tout une célébration d’action de grâce et surtout d’envoi en mission. Mais quelle est cette mission vers laquelle chacun de nous et toute cette communauté sommes envoyés ? L’Evangile de ce 26ème dimanche et 106ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié répond vraisemblablement à cette question dans un langage que je trouve personnellement superbe, merveilleux. Et que nous dit cet Evangile ? Que me dit cet Evangile en ce début d’une nouvelle année pastorale ? Un ordre à exécuter plein d’affection : « Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne ».

Sans tourner autour du pot, reconnaissons qu’il y a là un envoi en mission, la mission de travailler aujourd’hui, chaque jour de cette année pastorale dans la vigne de Père. Et que représente cette vigne ?  L’Eglise ? La Communauté paroissiale ? L’Unité Pastorale ? Ma famille ? Ma rue ? Mon quartier de vie ? Ma commune ? Ma Province ? Ma Région ? Mon pays ? Mon continent ? Le Monde en général ?

C’est sans doute tout cela, mais sans rien exclure, ni personne. Et il s’agit de travailler à la beauté de la vie sociale entre tous les humains et de la nature telle que voulue par Dieu.

Pour ce faire, l’important n’est pas de dire oui ou non… ; l’important est d’agir conformément à l’ordre, à la mission reçue et de la meilleure manière qui soit, en ayant les mêmes dispositions de cœur que Jésus…

Voilà pourquoi la première lecture d’aujourd’hui sera notre Feuille de route de cette année… En effet, cet extrait de l’épître de Saint Paul aux Philippiens est une véritable exhortation à notre Communauté qui se réunit si souvent ici à Ottignies ou à Mousty, une exhortation à nous tous, chrétiens, qui vivons au sein de la commune d’Ottignies ou des environs. L’équipe du Partage d’Evangile qui s’est réunie en début de la semaine a relevé entre autres pour nous bon nombre d’éléments qui montrentclairement la richesse de cette lecture.

  • Elle nous révèle notamment le sens profond et pragmatique de ce que veut dire être chrétien et faire Eglise en guise d’engagement à cheminer ensemble vers l’unité en se réconfortant, en s’encourageant mutuellement, en recherchant la communion dans l’esprit, toujours avec compassion et tendresse.
  • Mais attention, tous les hommes peuvent vivre ces valeurs, qu’ils soient chrétiens « pratiquants » ou non. Mais là où le chrétien peut faire la différence, c’est qu’il cherche à vivre toutes ces valeurs au nom et à la manière de Jésus, comme s’il était le Christ en personne face à chaque personne humaine quelle qu’elle soit…
  • Tout compte fait, ce texte nous interpelle profondément et nous livre comme sur un joli plat la recette pour « aller travailler à la Vigne du Seigneur » dont parle l’Evangile et que nous avons définie comme étant principalement la Société d’hommes et de femmes dans laquelle nous vivons. C’est vraiment la recette pour vivre en équipe quelle qu’elle soit, pour vivre en famille, en communauté… Mais avouons-le tout de suite : ces recommandations pour l’Unité et la solidarité dans le Christ sont très exigeantes, notamment parce qu’elles ne laissent aucune place à « l’égo » (l’égoïsme sous toutes ses formes). Nous y sommes affectueusement et chaleureusement appelés par le Christ qui, le premier, les a vécues parfaitement jusqu’à la Croix et la Gloire de la Résurrection.
  • Bien plus, en Jésus, Dieu nous laisse toute la liberté comme pour les 2 fils de la Parabole de l’Evangile. En effet, ce n’est pas par hasard que les recommandations sont généralement précédées d’un « SI… » Vivre en équipe, en communauté, être une communauté hospitalière et solidaire de tous (sans la moindre discrimination) suppose un choix en toute liberté, un effort permanent qui doit à tout moment tenir compte des autres… Travailler à la vigne du Seigneur dans l’optique de ces recommandations nous demande donc un vrai passage réel à l’acte et non des simples intentions, pour vivre des célébrations hospitalières, chaleureuses et au-delà des célébrations vivre la solidarité comme nous l’avons entendu au début de la messe avec toutes les personnes sans distinction, en fonction de leurs besoins réels…

Prions donc le Maître de la « Vigne sociale » qui est ici à Ottignies et dans les environs tout en étant à l’écoute de ce qui se passe dans le monde, notamment avec les Migrants et les Réfugiés dont nous célébrons aujourd’hui la Journée Mondiale et qui sont le reflet de l’immensité de la mission que Dieu, le Maître du monde, nous confie en s’adressant personnellement à chacun dans les mêmes termes de l’Evangile de ce dimanche : « Mon enfant, va travailler aujourd’huià ma vigne ». Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !

Barnabé Mbenza

Laisser un commentaire