Comment nourrir ma foi en absence d’Eucharistie ?

« Prenez et mangez, prenez et buvez … Vous ferez cela en mémoire de moi » (Lc 22,17…19). Instaurée par Jésus lui-même, l’Eucharistie a très vite été au centre de la vie de la jeune communauté chrétienne qui se rassemblait régulièrement pour rompre le pain.

Kieffer

Seul, on ne peut pas être église. L’Église n’existe que parce qu’on est ensemble, en assemblée. Et cette assemblée s’exprime par excellence dans l’Eucharistie, le moment de rompre le pain, de partager le Corps du Christ pour, ensemble, constituer et devenir ce Corps du Christ dans le monde.

Lorsque nous sommes « en assemblée », nous construisons quelque chose ensemble. La Parole nous éclaire, l’homélie nous exhorte, la prière en communauté nous fortifie, la communion nous nourrit. Et ce « tout » qu’on appelle « eucharistie » nous envoie vers le monde, vers nos prochains, vers notre vie personnelle et communautaire, pour y donner forme au Corps du Christ, au Royaume de Dieu sur terre.

C’est tout un programme, un pilier fondamental, une philosophie, un projet de vie. Une religion.

Et ce pilier, aujourd’hui, est masqué, voilé, inaccessible. 

Comment, dès lors, être éclairé, exhorté, fortifié, nourri, envoyé ? Où trouver force et courage pour donner forme au Royaume ?

La Parole de Dieu nous éclaire

Prenons le temps, seul, mais de préférence en famille, pour lire l’évangile du dimanche, les lectures prévues pour ce jour. Lire, pas pour étudier, ni pour analyser, mais simplement se laisser imprégner de la Parole. La laisser pénétrer en nous, en silence, ou en échangeant avec ses enfants, son conjoint. Elle deviendra la petite semence enfouie en terre qui, avec un minimum de soins et d’attention, se développera toute seule…

L’homélie nous exhorte

Des homélies peuvent être trouvées sur internet, des livres existent, … mais ce n’est pas toujours aussi facile d’accès pour toutes et tous. Comment être « exhorté » alors ? En échangeant sur les textes lus ensemble, si possible. Parce que là où deux ou trois sont réunis en son nom, Il est là, au milieu d’eux … Ou bien en laissant la Parole faire son travail en nous, après une lecture personnelle, sincère, en esprit de prière…

La prière en communauté nous fortifie

Nous pouvons prier seuls, et c’est important. Mais la force cachée de la prière, c’est qu’elle peut s’échapper, aller loin, mettre en contact des gens qui ne se voient même pas, unir des personnes par des liens invisibles. Ouvrons notre cœur et notre esprit au début de notre prière, en pensant intensément aux personnes qui nous sont chères, en mettant au centre de notre attention tel ou tel évènement, et débutons notre prière avec ces personnes, autour de cet évènement, unis dans l’esprit. Notre prière prendra une autre dimension, elle transcendera notre espace, notre chambre, notre maison, et elle ira loin, très loin, pour englober le monde entier.

La communion nous nourrit

C’est bien là le plus grand souci, en cette période voilée, masquée, difficile… Comment se nourrir du Corps du Christ, pour ensuite devenir Corps du Christ dans le monde ? « Prenez et mangez, prenez et buvez … faites cela en mémoire de moi ». Jésus qui se donne en nourriture, qui partage ce qu’Il est, ce qu’Il a, ce qu’Il fait. Qui partage tout son univers avec toute personne désireuse de communier à Lui. Mettons alors, ces jours-ci, l’accent sur ce partage. Partageons nos expériences, soyons attentifs aux personnes autour de nous, restons à l’écoute de nos voisins, de nos enfants, de notre conjoint, et construisons, par de tout petits gestes, un bout de ce Royaume là où nous sommes. C’est en faisant cela, en donnant, en partageant, que nous recevons ce Corps du Christ en retour et que nous serons « nourris »

Alors, comment nourrir notre foi en absence de l’Eucharistie ?

Par de toutes petites choses, une lecture de la bible, une prière en famille, un geste bienveillant vers un voisin, un échange avec un ami, même par téléphone. Restons unis, le plus possible. Prions, les uns pour les autres, les uns avec les autres. Et n’oublions jamais que même les plus grandes maisons, sont construites avec de petites pierres. Notre Maison, notre Eglise, continuera à se construire, elle continuera à se réaliser et à se concrétiser à travers une « Eucharistie dans l’esprit », nourrissant, exhortant, fortifiant et nourrissant chacune et chacun de nous par les petits gestes que nous poserons.

Et cette Eucharistie spirituelle nous poussera vers le monde, vers nos prochains, vers notre vie personnelle et communautaire, pour y donner forme au Corps du Christ, au Royaume de Dieu sur terre.

En attendant avec impatience, bien sûr, le jour où nous pourrons à nouveau (re)vivre tous ensemble cette expérience communautaire extraordinaire, cette expérience d’Eglise par excellence, qu’est l’Eucharistie.

Francis Jonniaux

Laisser un commentaire